Change can be good

Buonasera sweet Happy Curls,

temps chagrin, réunions en famille en perspective, course aux cadeaux originaux, cela ne fait aucun doute, on est bel et bien au bout de cette année 2018. Et qui dit "fin", dit aussi "nouveau commencement"

Curieusement les périodes de transition, ce ne sont pas mes temps de vie préférés. Je crois que c'est dû au pot pourri d'émotions que cela me procure. Entre appréhension de l'inconnu, excitation de l'aventure, tristesse de terminer quelque chose et joie d'écrire un nouveau chapitre, je me sens comme une comédienne qui a oublié sa réplique, tétanisée et obligée d'improviser. 

Si je vous raconte tout ça, c'est parce qu'aujourd'hui j'avais envie d'aborder ce sujet là "capillairement" parlant. La transition vers une chevelure naturelle est une grande étape dans le processus de retrouver sa texture naturelle de cheveux. 

Souvent, l'expérience est très marquante pour les cheveux des types 3c à 4c, ou cheveux crépus qui sont fréquemment dénaturisés un maximum et maltraités par toutes les manipulations qu'ils peuvent subir. L'idée principale, c'est d'abandonner tout traitement chimique et lissage intensif qui tuent les ondulations naturelles. On parle de deux façons de transitionner. 

Numéro 1: garder ses longueurs et laisser pousser ses cheveux naturellement, c'est-à-dire plus de lissage, relax et autres traitements afin de lisser sa crinière. Cette option est avantageuse pour toutes et tous ceux qui ne sont pas encore prêts à faire le "big chop" ou la grande coupe (en français). Par contre, elle peut amener à un certain découragement et à la tentation de recommencer à tout lisser. Il faut vous imaginer que durant cette période de transition vous aurez deux textures capillaires très différentes.

Numéro 2: on rase tout. Oui, c'est ça le "big chop" ou la grande coupe dont je vous parlais. C'est plutôt radical, mais très efficace.

 

Bien entendu, parfois l’option numéro 1 laisse place à la deuxième, mais pas forcément. Quelle que soit la méthode choisie, je pense que l’aventure peut s’avérer forte en émotions, autant par les changements physiques que psychologiques engendrés.

J’aimerais vous conseiller le film «Nappily ever after» qui parle exactement de ça: c’est le parcours d’une femme qui sur un coup de rage (et un coup de trop dans le nez aussi) se rase la tête. Je ne vous en dis pas plus, mais je vous laisse ci-dessous la bande-annonce en anglais si ça vous intéresse.

Si la première étape est passée, on serait en droit de penser que le plus dur est derrière…pas vraiment en réalité! Peut-être que la prise de décision en elle-même a déjà été un grand travail psychologique, mais l’acceptation de sa nouvelle tête n’est pas toujours chose aisée.

Quand on abandonne tous nos produits de soins habituels, qui contiennent parfois des sulfates, du silicone et du parabène, on n’a plus d’artifices chimiques qui gaine notre cheveu et le rendent ultra brillant. Il faut donc s’habituer à ce nouvel état. Voici une vidéo sur YouTube en anglais qui résume assez bien ce que c’est la transition vers des cheveux naturels.

 

Pour une transition réussie

Récapitulons, premièrement, on prend la décision de foncer pour retrouver notre naturel. Alors soit on coupe tout ou soit on laisse repousser les racines totalement naturelles. Deuxièmement, on revoit les produits qu’on met dans nos cheveux: on abandonne tous les traitements chimiques qui les rendent lisses d'une manière ou d'une autre.

Sur la même lancée, on abandonne tout ce qui brûle les cheveux. Bye-bye fers à lisser, casques chauffants, permanentes etc. Et si on utilise un sèche cheveux, on régule la chaleur et on utilise un diffuseur, ça vous évitera d'assécher et casser vos fibres capillaires.

Dans le cas où il n’y a pas eu de grande coupe, l’entretien de vos pointes est indispensable. C’est très important d’enlever régulièrement et à petite dose des fourches et des extrémités abîmées. Non seulement, vous n’aurez pas l’impression de perdre trop de longueur, mais en plus la transition se fera de manière plus douce.

Mais comment on fait pour aller jusqu’au bout et obtenir de bons résultats? Dina alias NetyRoots conseille de le faire à deux, entre copines ou entre sœurs, à mon avis, c’est une bonne solution pour se motiver mutuellement et échanger tous les trucs et astuces que vous aurez repéré sur le net.

Puis on pense à faire des coiffures protectrices ou qui demandent peu de manipulation de vos cheveux. Si vous avez envie de faire des tresses par exemple, évitez de les faire trop serrées et trop petites...Il faut laisser la place à la repousse.

Autre point super important, on n'oublie pas de faire du "deep conditionning" régulier. Et pourquoi ne pas faire une cure de protéines? Cela aidera à renforcer vos cheveux. La cohabitation de deux textures peut entraîner beaucoup de casse et de perte de cheveux, phénomène tout à fait normal qui peut être traité.

via GIPHY

Et avant tout, on se rappelle que le maître mot est "patience". Il faut du temps, de l'amour et beaucoup de soins pour retrouver sa couronne. Une bonne idée est aussi de décider pendant combien de temps vous voulez expérimenter votre période de transition et vous fixer un but. Sans pression évidemment, libre à vous de changer vos dates limites, mais au moins cela vous donnera une idée concrète de votre projet. Voilà chères et chers HappyCurls, n'hésitez pas à partagez vos expériences et aussi me dire si vous avez envie que j'aborde certains sujets. 

With all my curly, frizzy, wavy, kinky love,

Laetizia

Hinterlasse einen Kommentar

Bitte beachten Sie, dass Kommentare vor der Veröffentlichung freigegeben werden müssen

DE
DE